Communiqué de presse 30.08.2017

Des moyens efficaces de contrer les discours de haine dans les médias à travers la régulation et les pratiques éditoriales ont été au cœur d’une réunion organisée à Tunis la semaine dernière.

Organisée par MedMedia, un programme régional financé par l’UE, l’événement s’est tenu les 24 et 25 août et a rassemblé 20 participants et experts des médias du Maghreb, y compris des représentants de la presse, des radiodiffuseurs, des régulateurs, des syndicats de journalistes et des organisations de défense des droits de l’homme.

« Un phénomène alarmant qui a tendance à être négligé est la diffusion par des chaines satellitaires de programmes ciblant des publics basés dans des pays tiers », a déclaré Rachid Khechana, directeur du Centre maghrébin pour les études libyennes, basé à Tunis, et un expert MedMedia.

Leurs programmes d’information constituent une véritable arme de combat politique, voire militaire, dans lequel sont impliqués des protagonistes locaux. En l’absence d’autorité compétente les régulant, la haine y est exploitée et tous les dépassements autorisés. Parmi ces chaines, certaines incitent – dans des programmes diffusés en direct – à la haine entre invités de bases confessionnelles, ethniques ou claniques différentes, banalisant ainsi discours discriminatoires et anti-déontologiques et contribuant à la propagation de la haine et de la ségrégation entre les citoyens d’un même pays ».

Présent lors de la réunion, Younes Mjahed, secrétaire général du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), a souligné la virulence croissante du discours haineux exprimé par les partis politiques, dans les programmes de télévision et les médias sociaux, où les «armées d’utilisateurs d’Internet» sont mobilisées pour inciter la haine envers des adversaires politiques.

« Il est certes important, a-t-il déclaré, que les médias prennent leurs responsabilités, mais dans ce domaine, les politiques publiques et la responsabilité des politiciens sont tout aussi importantes ».

La conférence a également examiné d’autres défis majeurs, y compris la couverture médiatique non-déontologique du racisme et de l’extrémisme religieux, la couverture incessante du terrorisme qui renforce le sentiment de peur et d’insécurité des populations et l’incitation au discours de haine dans les programmes audiovisuels afin d’augmenter audimat et profits.

Les participants ont examiné une gamme de solutions pour aborder ces enjeux, y compris une éducation renforcée et plus précoce aux droits de l’homme, le renforcement du contrôle et de la responsabilité éditoriale, la réforme juridique et une meilleure mise en œuvre des lois en vigueur.

Lors de la session finale, les participants ont examiné le rapport développé par MedMedia sur les discours de haine dans les médias dans le sud de la Méditerranée et ont proposé des contributions utiles à son contenu. Le rapport, ainsi que les recommandations finales, seront publiés dans les prochaines semaines.

Photos: MedMedia.